Connaissez-vous le radon ?

Que ce soit dans les médias, par un agent immobilier ou simplement par nos proches, nous entendons de plus en plus souvent parler du radon mais encore beaucoup de personnes ne savent pas vraiment qu’est-ce que c’est et ses dangers sur la santé à long terme.

Pour en savoir plus : le radon est un gaz radioactif qui provient naturellement de la désintégration de l’uranium contenu dans le sol. Puisqu’il est invisible, inodore et sans saveur, il peut s’infiltrer dans la maison sans être perçu. Dans l’environnement extérieur, le radon se disperse et devient inoffensif. Cependant, dans les lieux confinés, comme une maison, il peut s’accumuler à des concentrations élevées, et devenir un risque pour la santé.

Selon Santé Canada, l’exposition au radon est la seconde cause de cancer du poumon après le tabagisme et la première cause chez les non-fumeurs. Presque toutes les maisons au Canada contiennent un certain niveau de radon. Les concentrations de ce gaz varient d’une maison à l’autre, même si elles sont voisines. Il faut faire un test sur une durée de trois mois minimum pour savoir si le niveau de radon est préoccupant ou non. Si la concentration de radon dans votre maison est supérieure à la directive canadienne de 200 becquerels par mètre cube, vous devriez prendre des mesures d’atténuation par la dépressurisation active du sol qui est la méthode la plus efficace.

Qu’en est t’il pour nous ?

Nous avions entendu parler du radon bien avant la construction de notre maison car notre ancienne résidence était équipée d’une cheminée au radon prévue pour être branchée à un système d’évacuation en cas de test positif. Nous avions également lu des articles à ce sujet et nous avons, en connaissance de cause, fait installer sous la dalle de notre sous-sol un tuyau qui servirait à être relié à un système d’évacuation en cas de test positif.

Avant que notre sous-sol ne soit complétement aménagé, nous avons procédé à un test sur plusieurs mois qui s’est révélé légèrement au dessus de la directive canadienne soit à 274 Bq/m³ contre 200 Bq/m³. Bien que cet écart soit négligeable, (nombreuses sont les maisons avec des taux supérieurs pouvant atteindre 1000 Bq/m³) nous avions le désir de réduire autant que possible la présence du radon pour offrir aux occupants de la chambre d’amis et aux utilisateurs de la salle familiale un environnement sain et exempt de tout danger.

Nous avons donc fait appel à un expert qui a installé un système d’extraction du radon par dépressurisation sous dalle avec deux points d’aspiration : un dans le sous-sol et un dans le garage.

Le résultat du test post-atténuation fut radical avec une mesure identique à celle que l’on retrouve dans l’air extérieur, soit 14 Bq/m³, un niveau inoffensif.